Journal de la pie voyageuse – n°3

///Journal de la pie voyageuse – n°3

Journal de la pie voyageuse – n°3

* Pie : petit oiseau blanc et noir aux reflets bleu et vert, qui n’est pas sans rappeler les (nouvelles ?) couleurs de l’URB.

Vendredi 5 octobre – 18h15

Après deux déplacements en région parisienne, voici le plus petit déplacement de la saison du championnat de NM2 : partons pour Fougères… pas trop tard pour anticiper les bouchons sur la rocade rennaise !

Fougères est un adversaire bien connu. La saison dernière, en championnat, chacun est resté maître à domicile… même si les Fougerais ont sorti les Rennais en coupe de France, à Colette Besson. Mais cette année, c’est très différent !

En effet, à l’intersaison, le club voisin a pioché ses recrues parmi les anciens de l’URB. C’est ainsi que Vukan Zivkovic, figure emblématique du club qui a largement contribué à la montée du club en N1, Anthony Hill, coéquipier de Vukan la saison de N1, et Omar Sall, qui s’entrainait encore la saison dernière avec la N2 de l’URB, sont venus renforcer les rangs de Fougères !

Disons-le clairement, Fougères fait partie des grands favoris de la poule et beaucoup prédisent une défaite cuisante pour nos Rennais. Leurs arguments ? Ils tiennent la route : Vukan est diabolique à trois points et Anthony intenable sous le panier. Imparable. Imparable ? Non ! Philippe Gautier a montré à maintes reprises qu’il pouvait museler n’importe quel attaquant. Vukan n’a qu’à bien se tenir. Et le collectif rennais est irrésistible… quand il est en place !

Dès l’arrivée dans la salle, l’ambiance de derby est indéniable. Une centaine de Rennais sont présents, dont l’intégralité des dirigeants du club et l’immense majorité des forces vives. Sur le terrain, les néo-Fougerais communient avec leurs anciens coéquipiers. Lors de la présentation des joueurs, Anthony Hill va même jusqu’à aller embrasser Pascal Thibaud ! Une image cocasse qui fait bien sourire le coach de l’URB, mais il en faudra plus pour le déstabiliser.

La salle n’est pas tout-à-fait pleine, mais à 80% remplie. La sono est parfaite. Le speaker regrette tellement de ne pas animer un match de football qu’il « anime » le match à la façon d’une rencontre sur rectangle vert. « Ici, c’est Fougères ! ». Très moyen. Le public le suit… un peu. Finalement, on regretterait presque l’absence de speaker, lors des premiers déplacements.

C’est parti ! Et ça ne débute pas comme prévu. C’est Nikola Djurasovic qui se charge de perturber Vukan… mais c’est Anthony qui ouvre les hostilités à 3 points. Lui qui ne shootait même pas derrière l’arc de cercle à Colette Besson fait mouche d’entrée. Ceci dit, les Rennais rendent coup pour coup, et les 2 équipes sont à 12-12 après à peine 4 minutes de jeu. Puis les paniers à 3 points s’enchaînent pour Anthony –c’est le même que celui qui évoluait pour l’URB ?!- et la défense de Fougères privent les Rennais de tirs longue distance. Le talent et la réussite insolente de Fougères font gonfler l’écart. 26-16 à la fin du premier quart temps.

Dès le début du deuxième quart temps, la défense rennaise se fait à la fois plus pressante et plus vigilante. Les interceptions permettent au collectif retrouvé de marquer des paniers en contre-attaque. Cette fois, l’URB est entrée dans le match ! A la mi-temps, les pendules sont remises à l’heure. Fougères mène certes, mais seulement de 2 points : 35-33.

Ces deux petits points sont effacés dès la reprise. 35-35 pour un derby brétilien, quoi de plus normal. Mais Fougères ne lâche rien. Le match est âpre, même si Anthony Hill garde sagement le banc, handicapé par 3 fautes. 44-45 : l’URB passe devant pour la première fois ! Malheureusement, l’attaque rennaise se dérègle, et les attaquants de l’URB tentent de faire basculer le match sur des actions (trop) individuelles. Comme souvent, ils le paient cash. Fougères reprend ses aises au score : 54-47, avant le dernier acte.

Le dernier quart temps est stressant pour les supporters en déplacement. Il manque le petit quelque chose… Le panier longue distance de Nikola (enfin !) fait renaître un mince espoir, mais ça manque toujours de collectif en phase offensive. A 30 secondes du coup de buzzer fatidique, les 7 points sont toujours présents. La dernière ligne droite est très tactique, et à 4 secondes du terme, l’écart n’est plus que de 3 points avec un ballon sous le panier de Fougères. Mais les locaux restent rigoureux et l’emportent finalement 69-66.

Le speaker se félicite une fois de plus de cette victoire lors du derby rennais (sic !)… et donne rendez-vous aux locaux face à « Montvilliers ». La géographie française ne sortira pas grandie de cette salle.

La défaite est un peu amère, mais c’était un beau match. Vivement le match retour !

D’ici là, l’URB enchaînera un troisième déplacement consécutif. Ce sera à Loon-Plage : le plus long déplacement succède au plus court ! Petite note finale à l’attention du speaker du soir : Loon-Plage est une commune des Hauts de France, au nord de Calais. Beaucoup plus au nord de Montivilliers… commune de Normandie toute proche du Havre.

2018-10-11T08:43:48+00:007 octobre 2018|URB Chronique|

2 Comments

  1. Cui cui 8 octobre 2018 à 10:25 - Répondre

    Bonjour Edouard

    Judicieuse remarque ! L’idée n’était pas de dévaloriser untel ou untel mais au contraire de marquer le fait qu’Omar s’entraînait en avril avec le groupe de NM2. Evidemment, Vukan et Omar ont tous les deux marqué le club de leur empreinte… tout comme Kabir ou un certain « Doudou » parti bien loin.

    Merci pour le commentaire, fort juste.

    Cui cui

  2. edou 8 octobre 2018 à 06:10 - Répondre

    Bonjour à tous,

    juste un peu déçu que le nom de Vukan que j’adore soit accolé à  » figure emblématique du club  » et que celui de Omar que j’adore également soit lui relié à « qui s’entraînait encore avec la N2 de l’URB … » . Il me semble pourtant que les deux ont été des joueurs majeurs de l’URB, l’un pendant 2 saisons l’autre pendant 9 saisons.

    en tous cas bonne saison au club de Rennes, aux supporters, même à l’autre bout du monde on vous suit avec passion.

    Edouard

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.