* Pie : petit oiseau blanc et noir aux reflets bleu et vert, qui n’est pas sans rappeler les (nouvelles ?) couleurs de l’URB.

Samedi 9 mars – début d’après-midi : temps ensoleillé et doux.

Aujourd’hui, l’Union Rennes Basket se rend à Juvisy-sur-Orge, en région parisienne. C’est donc le 4e et dernier déplacement près de Paris, après Poissy, Gennevilliers et Vanves.

L’équipe est au grand complet ! Après une très belle séquence de 8 matchs gagnés consécutivement entre le championnat et la coupe de France, les Rennais ont perdu face à Loon-Plage la semaine dernière. Cette rencontre, face à l’ancienne équipe de Yanis Takerboust, doit permettre d’amorcer une nouvelle série de victoires. Au match aller, les Rennais s’étaient imposés sur le score de 87-66.

La salle de Juvisy a tout d’un gymnase scolaire : beaucoup de marquages au sol, pas vraiment de tribunes et des infrastructures vieillottes. Le (faux) parquet semble flottant et le sol tremble à proximité des rebonds du ballon. Etonnant ! Il n’y absolument aucune animation avant le match, pas même de sono. En l’absence de speaker, il n’y a évidemment pas de protocole.

Lucas Fontaine, Philippe Gautier, Nikola Djurasovic, Antoine Pesquerel et Bojan Pelkic composent le 5 de départ. Antoine gagne l’engagement puis se retrouve à la conclusion 10 secondes plus tard pour le premier dunk du match ! Juvisy relance et le meneur traverse tout le terrain avant d’échouer sous le panneau. L’URB tente une relance rapide mais la passe de Bojan ne trouve pas son destinataire. Nouvelle offensive des locaux, ou plutôt d’un local puisque Juvisy privilégie systématiquement le jeu de pénétration au jeu de passe. Ce début de match est caricatural : les Franciliens jouent tous les un-contre-un, tandis que Rennes pratiquent davantage un jeu collectif. Malheureusement, le jeu très athlétique de Juvisy fait la différence face aux maladresses répétées de Rennes. A 8-2, Pascal Thibaud pose judicieusement son premier temps mort. Ça a le mérite de remobiliser les visiteurs (8-7), mais ce n’est qu’un feu de paille. Certes, le jeu de Juvisy est extrêmement décousu, mais l’URB est surclassé au niveau de l’engagement, et l’écart enfle à nouveau (16-9). Comme c’est souvent le cas, les Rennais ne sont pas efficaces aux lancers-francs. La fin de ce premier quart-temps est plus équilibrée et le buzzer retentit sur la marque de 19-15.

Le sermon de Pascal réveille les Rennais qui reviennent sur le terrain avec un autre état d’esprit : la défense se durcit et les Juvisiens commencent à perdre des ballons. Il faut dire que s’ils sont intenables sur jeu rapide, les attaques placées ne sont pas très imaginatives. Pour calmer les ardeurs des Bretons (qui claquent un retentissant 13-2 en 4 minutes), le coach de Juvisy pose un temps-mort (21-28). Juvisy se ressaisit un peu et le jeu s’équilibre. Les lancers-francs ratés de l’URB permettent à Juvisy de recoller : 34-37 à la mi-temps.

Louis, Philippe, Nikola, Bojan et Antoine composent le 5 qui reprend. Curieusement, ce début de seconde mi-temps ne ressemble pas au début du match. Juvisy marque à 3 points, et Nikola convertit ses 2 lancers-francs avant un nouveau panier longue distance de Juvisy. Bojan pénètre et marque avant un nouveau 3 points de Philippe puis un autre de Lucas (42-49) : rien à voir avec le début du match ! Les Rennais jouent bien : l’écart enfle passant même à 14 points sur un beau panier de Joffrey Scléar (46-60). Il reste 1 minute et 50 secondes. Les deux équipes sont dans la pénalité et les fautes s’enchainent. Malheureusement, les Rennais se relâchent en fin de quart-temps laissant les locaux, qui n’en demandaient pas tant, revenir à 57-64 avant l’ultime période.

Comme en début de seconde mi-temps, Juvisy trouve des tirs ouverts à 3 points et les convertit. Lucas réplique (63-67). Les Bretons sont sur le fil, mais réussissent à trouver des ouvertures pour refaire un petit écart (65-74 puis 66-76). L’URB fait quelques fautes et les locaux convertissent les lancers en points. A 5 minutes du terme du match, rien n’est fait : 71-76. C’est le quart-temps des tirs à 3 points pour les 2 équipes… 77-83 après celui de Philippe. L’URB gâche encore des lancers et ne parvient pas à décrocher définitivement Juvisy… d’autant que l’adresse est présente chez les locaux. Un nouveau panier à 3 points leur permet de revenir à 82-85 à 1 minute et 15 secondes de la fin. Lucas manque de réussite et, sur la relance, Juvisy recolle à 84-85. Il reste 54 secondes. Les Rennais, fébriles, ne marquent plus et le public donne de la voix. Les Franciliens prennent le rebond sur le tir manqué de Philippe et Nikola stoppe irrégulièrement la contre-attaque : faute anti-sportive ! Juvisy passe devant 86-85 puis 88-85 en convertissant 4 lancers consécutifs. A 5 secondes du terme, et après le temps-mort de Pascal, les Rennais échouent par deux fois à 3 points, laissant filer la victoire.

Un match difficile à analyser tant Juvisy a changé son jeu entre la première et la seconde mi-temps. L’URB a laissé passer sa chance en laissant les Franciliens revenir en fin de 3e quart-temps. La différence d’adresse sur les lancers-francs coûte la victoire finale aux Rennais.

C’est un tout autre défi qui s’offre au Rennais le week-end prochain. En effet, l’URB se rend à Olivet (près d’Orléans) pour un plateau de coupe de France : l’occasion d’une parenthèse enchantée ?