* Pie : petit oiseau blanc et noir aux reflets bleu et vert, qui n’est pas sans rappeler les (nouvelles ?) couleurs de l’URB.

Samedi 13 avril – début d’après-midi : temps estival

Voilà venu le temps du dernier déplacement de la saison. Il est périlleux. En effet, les Rennais se rendent au Mans pour affronter une équipe qui les avait surpris à domicile (86-93) au terme d’un match engagé.

Les deux équipes restent sur des résultats bien différents ! Tandis que l’URB surclassait littéralement le leader de la poule, Vanves, sur le score de 71-48, Le Mans concédait une défaite surprenante, sur son parquet, face à Juvisy (79-93). Visiblement, les dirigeants Manceaux et l’ensemble du club sont particulièrement motivés et comptent bien sur la réception des Bretons pour se refaire une santé. Les Rennais sont prévenus et devront se méfier de l’engagement des locaux sur le début de match !

A l’arrivée dans la salle, un grand panneau annonce fièrement que la JALT –fusion de la Jeanne d’Arc, de la Liberté du Mans et de la Société du Tir du Mans- a fêté son centenaire en 2007. Impressionnant lorsque l’on songe que l’Union Rennes Basket a été créée en 2009… La salle est exclusivement destinée aux matchs de basket, avec un marquage exclusif. Les gradins sont petits et le recul latéral inexistant : les joueurs sont assis au bas des gradins. Au coup d’envoi, les bancs sont copieusement garnis, par quelques 200 spectateurs, alors que la salle ne peut guère en contenir plus de 250. La sono est correcte, sans plus, le speaker s’évertue à faire réagir la salle.

L’accueil des Rennais est excellent à tout point de vue. Les dirigeants de la JALT ont visiblement apprécié l’accueil reçu à Rennes et tiennent à montrer qu’ils savent recevoir. Lors du protocole, les joueurs locaux viennent saluer les adversaires du soir lors de leur entrée. Le speaker encourage même la dizaine de supporters présents à donner de la voix !

Le 5 majeur de l’URB est plutôt surprenant : Louis Trohel, Philippe Gautier, Nikola Djurasovic, Bojan Pelkic et Saïd Ben Driss. Et c’est parti ! Saïd gagne la mise en jeu mais Philippe échoue à 3 points. Sur l’attaque suivante, Le Mans ouvre la marque (3-0). Les 3 minutes qui suivent reproduisent le même scénario. Marinkovic, l’un des joueurs star de la JALT est déchaîné et alterne, avec succès, tirs longue distance et pénétration victorieuse. Après 4 minutes, le score est déjà inquiétant : 11-0 ! Les Rennais viennent alors d’échouer 7 fois dans leurs tentatives ! Pascal stoppe le jeu et fait entrer Yanis Takerboust et Lucas Fontaine (capitaine), vite rejoints par Brieuc Belloir. Le résultat est immédiat et les Rennais rentrent enfin dans la partie. Après 5 minutes, le score est de 13-07, puis 13-11. Si les Rennais ont retrouvé une adresse décente en attaque, ils manquent d’autorité en défense. Marinkovic est vraiment intenable, et les jeunes loups locaux (Donzo et Kuyo) trouvent sans difficulté le chemin du panier, en gratifiant le public de jolis dunks. Le score enfle à nouveau : 20-13. Heureusement, l’URB est très habile à longue distance. Après Joffrey et Lucas, c’est Bojan qui marque un panier à 3 points pour égaliser à 21-21. Au buzzer, Philippe marque un ultime panier dont il a le secret pour clore la marque de ce premier quart-temps à 21-24 !

Les Rennais se sont magnifiquement ressaisis, après un démarrage calamiteux. Le deuxième quart-temps est plus équilibré dans son déroulement, même si ce sont, une nouvelle fois, les Manceaux qui débutent le mieux (26-24). Là encore, c’est le temps-mort de Pascal, très inspiré ce soir, qui permet aux Rennais de se remettre dans la partie (31-30). Les locaux ont tout de même trop de facilité à atteindre le cercle (37-30). Le rythme du match est très élevé et les actions se durcissent. La pression des joueurs de l’URB perturbent grandement les joueurs du Mans et les interceptions de Bojan et Lucas font recoller les Rennais. Les arbitres sifflent la pause sur le score de 37-36.

Au retour du vestiaire –longue pause pour les Rennais…-, l’intensité défensive de l’URB se poursuit. Physiquement, les Bretons semblent supérieurs aux Sarthois. Lucas, Philippe, Nikola, Joffrey et Brieuc débutent la seconde mi-temps. Lucas convertit un tir à 3 points et permet à Rennes se reprendre la tête (37-39). Marinkovic en fait trop, et ne parvient plus à sauver les siens. Une double faute, dont une anti-sportive (incompréhensible), sifflée à l’encontre de Joffrey redonne un peu d’allant au Mans (41-43). Les arbitres compensent immédiatement leur erreur en sifflant une faute anti-sportive au profit de Lucas qui ne tremble pas (41-45). Brieuc puis Philippe font enfler l’écart (41-50). La pression des Rennais est constante, et cela paie, malgré quelques fautes d’engagement (48-52). Saïd, Bojan et Nikola trouvent les ouvertures (50-60). Au buzzer, Louis marque un panier longue distance qui finit d’écœurer Le Mans (52-63).

Au 4e quart-temps, la supériorité rennaise semble évidente. A 54-69, le coach local réclame un temps mort. Mais ne peut arrêter les Rennais (58-76). Le relâchement des Rennais coïncide logiquement avec le retour du Mans à la marque (64-76). Le temps-mort de Pascal calme les ardeurs sarthoises (65-80). La fin de match est parfaitement maîtrisée et le match se conclut sur le score sans appel –et un peu flatteur- de 68-88.

Finalement, l’URB conclut cette saison de déplacements avec un 7e succès en 13 matchs. Le spectacle proposé à l’extérieur a été de très bonne facture, malgré des défaites rageantes en fin de partie face à Berck, Vanves, Calais, Fougères et Juvisy. Loon-Plage avait surclassé l’URB. L’engagement a toujours été irréprochable et les joueurs ont fièrement représenté les couleurs de l’URB que ce soit en coupe de France ou en championnat. Bravo aux joueurs et merci à l’encadrement sportif de l’URB !